Les solutions

Pour en finir avec le tabac :

                                                              

La volonté est votre première arme pour lutter contre l’envie de fumer. Il vous faut prendre la décision d’arrêter de fumer seul, sans pression extérieure et de vous forger une réelle motivation parce qu’il est clair que ce défi demande beaucoup de courage. Il ne faut pas se leurrer, la nicotine est une drogue dure, tant la dépendance qu’elle crée est forte. Les premières semaines seront sûrement difficiles, mais le manque s’estompe au bout de deux ou trois semaines après l’arrêt, donc c’est juste un mauvais moment à passer, pour qui sait résister à la tentation de s’en « griller » une. Se décider est une chose, agir en est une autre… Armez-vous de patience et de bon sens. Pour vous aider à vous rappeler pourquoi vous arrêter de fumer, faites une liste des raisons qui vous ont poussé à passer le cap et notez les bénéfices que vous trouvez à ne plus vous empoisonner.
Cependant, beaucoup de méthodes efficaces peuvent vous être d’excellents alliés pour terrasser l’ennemi.

Des solutions médicales :

Les traitements substitutifs nicotiniques comme les patchs, les thérapies comportementales cognitives, et les traitements psychotropes (Zyban®) ont prouvé leur efficacité dans l’arrêt du tabac. Les substituts nicotiniques agissent sur la dépendance physique à la nicotine. Les thérapies quant à elles, aident l’ex-fumeur à modifier ses comportements au quotidien, et par exemple à gérer ses pulsions. La stratégie utilisée dépend avant tout de votre dépendance et de votre volonté.

Si vous êtes faiblement dépendant à la nicotine et très motivé, vous pouvez vous arrêter seul du jour

« On estime qu’un fumeur sur deux n’a pas besoin d’aide »

au lendemain sans aide. On estime en effet qu’un fumeur sur deux en moyenne n’a pas besoin d’aide.

Au contraire, si vos tentatives se sont soldées par un ou plusieurs échecs, qu’il vous semble impossible d’arrêter ou encore que vous êtes très dépendant, vous pouvez demander conseil à votre pharmacien, vous faire aider par votre médecin, ou encore prendre rendez-vous dans une consultation de tabacologie. L’idée étant d’une part de pallier votre dépendance physique par un traitement pharmacologique, et d’autre part de vous soutenir psychologiquement. Les deux approches sont complémentaires.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :